Réponse à l’article du Tarn Libre du 2 Mai 2014

En réponse à un article non signé publié dans les colonnes « Lisle » du Tarn Libre du 2 Mai 2014, le groupe d’opposition « AGIR pour Tous » tient à apporter les précisions suivantes :

L’auteur anonyme qui a fait dans ces colonnes le compte rendu du second conseil municipal de la nouvelle mandature abordait deux points :

  • Les questions à l’ordre du jour : les commissions et les rémunérations des élus. Il se félicite de leur maintien au niveau antérieur certes, mais pourquoi n’ont-elles pas baissé ? C’eut été en cohérence avec le souci d’économie affiché par le groupe majoritaire pendant la campagne.
  • Les questions diverses où ne sont rapportées que 2 des 7 questions discutées : l’absence de certains dossiers relevant du CCAS et une opération de restauration informatique. Le premier point relève d’un procès d’intention peu fondé car il est impossible que des sommes soient attribuées à des familles dans le besoin sans que soient établis des bordereaux et des justificatifs scrupuleusement rangés dans les mains de l’administration municipale. Le second point est relatif à une procédure de sauvegarde informatique de données, effectuée avant le changement de Maire. Où est le mal ? Bref, soupçonnons, soupçonnons, il en restera toujours quelque chose !

En revanche il n’est nullement fait état des autres questions diverses débattues :

  1. Pourquoi Mme le Maire a-t-elle fait changer toutes les serrures de la Mairie ?
  2. Pourquoi a-telle évoqué le soupçon d’une manifestation lors du vernissage au musée qui n’a jamais eu lieu ?
  3. Pourquoi la sortie du Conseil municipal d’installation s’est faite sous escorte de gendarmes ? Qui les a requis ?
  4. Pourquoi ne prête-t- on plus la salle de Justice et de paix et celle de Lapeyrière non seulement aux associations mais aussi au Groupe des élus d’opposition ? Est-ce là une procédure démocratique ?
  5. Combien y a-t-il eu la semaine précédent le conseil, de vitres brisées sur des voitures dans les rues du centre ville et ce que Mme Le Maire comptait faire pour y remédier ?

Beaucoup de réponses ont tourné autour du risque encouru par les bâtiments municipaux en lien avec les manifestants anti-barrage sur le Tescou. Quoiqu’il en soit on peut simplement constater que pour des élus de la majorité qui réclamaient depuis 6 ans dans l’opposition plus de transparence, il y a là un démarrage en trompette édifiant !

Nicole Sanchez, Laurent Veyriès, Henriette Relaix, Michel Bruyère, Régine Lemaire, Jean Tkaczuk.

Article publié dans Le Tarn Libre le 02/05/2014

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.